Fondatrice d’une agence de voyage au Japon

marine moulard3

 

 

Marine MOULARD

Fondatrice de 

« Au fil du Japon »

Agence de voyage au Japon

 

 

 

03b Quelles études et formations avez-vous suivies ?

J’ai effectué un bac scientifique en France, avant de me tourner vers le domaine du tourisme, où j’ai obtenu un BTS Ventes et Production Touristiques, avant d’intégrer une école spécialisée dans l’industrie du Travel Management, l’ESCAET, à Aix en Provence. J’y ai effectué 3 ans d’études et obtenue un Bachelor ainsi qu’un MBA en Travel Management, option Leisure. En dernière année de MBA, j’ai rejoint une entreprise japonaise à Tokyo, pour mon stage de fin d’année pour la validation de mon diplôme, et j’y suis resté 2 ans et demi.

 

03b Avez-vous fait des stages en France ou au Japon ? Si oui, racontez-nous ce que vous avez fait et en quoi cela a nourri votre recherche d’emploi.

J’ai effectué de nombreux stage dans mon domaine d’activité en France et un au Japon.

Tous ces stages ont été réfléchis et choisis pour me donner toutes les clés en termes de connaissances pour accéder à un stage de fin d’étude au Japon et intégrer une entreprise japonaise.

J’ai donc récupérer différentes compétences au cours des stages (production de voyages, gestion d’une entreprise, logistique de voyages, marketing et stratégie webmarketing, gestion d’équipe…) dans chacune des entreprises chez qui j’ai effectué un stage dans le but d’arriver préparée et avec un solide bagage pour mon stage au Japon.

Cette préparation m’a permis de faire mes preuves rapidement et d’être engagée rapidement dans l’entreprise.

 

03b Vous avez travaillé à l’agence de voyage Autrement le Japon précédemment.

En quoi consistait votre travail ?
Lors de mon précèdent poste, j’étais responsable Production, Marketing et Communication.

Cela consistait en différentes tâches variées car nous étions une entreprise de petite taille :

 

  • Responsable de production : analyses offre/demande, création de produits, pricing, création des modèles « carnets de voyages »
  • Responsable commerciale : gestion de l’équipe de vente, rapports de ventes, analyses commerciales, optimisation de la stratégie,
  • Responsable marketing/communication : gestion de la stratégie marketing (on/off line), cahier des charges du site internet, création de brochure, gestion des salons, identification et sélection des partenaires,

 

Je m’occupais également du Business développement et de la gestion de l’équipe française.

 

03b Quel niveau avez-vous en japonais ? Vous semble-t-il possible de travailler au Japon sans parler le japonais ?

 

J’ai un niveau moyen. Je peux m’en servir pour le quotidien et pour les tâches simples dans mon travail. Nous sommes une entreprise franco-japonaise, nous travaillons donc dans les deux langues, et la lecture de documents de travail ou la gestion de vocabulaire propre à mon travail est donc assez récurrente, donc maitrisable. Je suis également à même de gérer la logistique d’un voyage. Mais je laisse l’administration complexe, et la traduction / l’interprétariat à mes associés bilingues !

Je n’ai pas étudié le japonais au préalable, en dehors d’échanges, mais j’ai pris des cours une fois à destination.

Le japonais me semble indispensable pour vivre au Japon, car c’est dommage de se couper d’une partie du quotidien ou d’interagir avec les japonais, mais pour le travail selon votre domaine d’activité ce n’est pas une obligation, par exemple on recrute beaucoup d’ingénieurs ou de développeurs et le japonais n’est pas souvent une obligation dans les description de postes.

 

03b Racontez-nous vos expériences de recherche d’emploi et votre obtention du visa pour le poste à Autrement le Japon.

J’ai commencé à chercher un stage pour le Japon plus d’un an à l’avance. Il y a peu d’offres dans mon domaine d’activité et j’ai donc du beaucoup chercher.

J’ai utilisé de nombreux sites (essentiellement d’agences de voyages, et d’offices de tourisme, ainsi que celui de la chambre du commerce française au Japon), et postulé pour une vingtaines d’entreprises, je dirai.

Nous sommes formés dans mon école à préparer et savoir comment mettre en avant nos capacités lors d’un entretien. J’ai donc travaillé chaque entretien soigneusement.

J’ai cependant eu une réponse rapidement grâce à mes recherches anticipées, et validé mon stage fin décembre pour l’année suivante. L’entretien s’est bien déroulé car j’avais les capacités requises, et que j’avais pu démontrer ma valeur ajoutée à l’entreprise, une fois sur place. Je dirai donc que la principale difficulté est, en dehors du visa et du niveau de langue, la différence du rapport au travail, les entreprises ne cherchent pas les mêmes compétences, elles sont là pour apporter des compétences alors qu’en France c’est davantage vous qui les apportez à l’entreprise…

 

03b Vous avez créé une agence de voyage, “Au fil du Japon”, au Japon. Racontez-nous comment vous avez eu cette idée et comment s’est déroulée la création de l’entreprise jusqu’à son ouverture.

L’idée était dans ma tête depuis un petit moment, et je m’occupais déjà de différents domaines liés à la gestion d’entreprise dans ma précédente position. J’avais envie de continuer mon travail mais de le faire à ma façon et selon ma vision du voyage. J’ai pris la décision avec un ami qui souhaitait se lancer dans l’aventure de l’entreprenariat dans le courant de l’été 2015. Nous avons beaucoup travaillé pour que l’entreprise voit le jour en décembre dernier, et nous continuons de progresser de jour en jour, bien que nous soyons très occupés !

Le tourisme est en forte croissance au Japon. Il nous a toutefois fallu beaucoup d’investissements, financier et personnel pour que tout cela voit le jour mais le jeu en vaut la chandelle.

03b Présentez-nous vos services.

Au fil du Japon est une entreprise de consulting dans le domaine du voyage.

Nous nous occupons à la fois de particuliers (service BtoC) leisure ou corporate, et des professionnels (BtoB).

Pour le marché BtoC, nous gérons la création d’itinéraire de voyage, de carnets de séjour au Japon et des services d’accompagnement (accueil, visites, logistique…)

Pour le marché BtoB, nous faisons l’interface entre les agences françaises et les agences japonaise, et nous réalisons des missions de consulting spécifiques et variées (gestion d’entreprise, mise en place de process, gestion du travail…).

 

03b En quoi consiste votre travail ?

En tant que directrice générale, je m’occupe de la gestion stratégique de l’entreprise.

Je gère également la moitié des missions de consulting et le pôle production (pour les missions « Production » voyages (leisure et corporate) = analyses de marché, devis, pricing, optimisation des parcours, créations) et commercial (gestion de l’équipe de vente, rapports de ventes, analyses commerciales, optimisation de la stratégie).

Enfin je suis en charge du marketing et de la communication : gestion de la stratégie marketing (on/off line), gestion du site internet, création de brochure, gestion des salons, identification et sélection des partenaires.

 

03b Quelles démarches avez-vous suivies pour obtenir le visa avec votre entreprise actuelle ?

J’étais déjà au Japon avec un visa de travail, obtenu lors de mon précédent poste. Cependant, j’ai dû changer de statut pour devenir « business investisseur ». Il m’a donc fallu fournir tous les éléments requis, dont 5 millions de yens et recourir à un cabinet d’avocat pour préparer le dossier ici à Tokyo.

 

03b Pourriez-vous nous raconter votre journée typique ?

Ce n’est pas une question facile.

En moyenne, nous faisons 10h-19h, 5 jours / semaine, du lundi au vendredi, mais certaines journées sont beaucoup plus longues, et nous travaillons souvent le weekend, notamment pour accueillir ou guider des voyageurs.

Je commence par faire le point sur les mails arrivés dans la nuit avec l’équipe, puis je répartis les tâches et établis un ordre du jour pour les dossiers majeurs de chaque employé.

La matinée est consacrée à la réponse au mails, l’après-midi à la gestion de projets (production, marketing, carnets de voyages… etc.).

Il est fréquent d’avoir des rendez-vous en soirée, car nous travaillons avec la France et le décalage horaire demande une certaine flexibilité !

 

03b Avez-vous des conseils pour les francophones qui cherchent du travail au Japon ou qui souhaitent y créer une entreprise ?

Je pense qu’il faut avoir un projet bien défini et une bonne stratégie. Ne pas venir les mains dans les poches en quelques sorte. Il faut un certain bagage : parler japonais c’est bien, mais cela ne fait pas tout, et si c’est tout alors il faut un niveau suffisant (N1) pour faire valoir son droit à demander du travail. Si on n’a pas la langue avec soit (bien que je conseille d’avoir un niveau moyen), alors il faut avoir d’autres compétences qui sont recherchées. C’est important de savoir où on va et pourquoi, d’avoir un but qui nous garde motivés pour faire face aux obstacles. Pour la création d’entreprise, c’est pareil, il faut les bonnes personnes et le bon projet pour garder la motivation et avoir les moyens de réussir !

 

Découvrez « Au fil du Japon »
http://aufildujapon.com/