Conseils – Optimiser la partie formation de son C.V. japonais

Cet article a pour objectif de présenter quelques éléments permettant de valoriser son parcours en France dans le cadre d’un CV de type chronologique (履歴書). Il se concentre sur la partie « éducation » du CV (学歴), la partie « expériences » (職歴) faisant l’objet d’un article à part.

A l’issue de sa lecture, le lecteur saura remplir en autonome la partie « éducation » du CV, pour peu qu’il sache recopier des idéogrammes à la main. Malgré l’attention qui est portée à la fiabilité des traductions, il est conseillé de faire relire son CV par un locuteur natif.

En 2014, la conférence des présidents d’universités (CPU) et des directeurs d’écoles de formation d’ingénieurs (CDEFI) ont signé un accord de reconnaissance mutuelle des diplômes avec leur équivalent japonais, la JANU. Si cet accord facilite la tâche d’un candidat lorsqu’il souhaite expliquer et valoriser son parcours en France, des différences institutionnelles persistent toutefois entre nos deux pays. Il convient particulièrement d’en prendre connaissance avant de se lancer dans la rédaction de son CV.

Afin de faciliter la lecture, cet article traitera des éléments principaux dans l’ordre suivant :

  • Format de la partie « Education » d’un CV de type chronologique.
  • Différences entre les systèmes français et japonais d’éducation
  • Traduire et optimiser la présentation de son parcours en France
  • Lexique
  • Liens externes

I. Format de la partie « Education » d’un CV de type chronologique

Pour rappel des informations présentées dans l’article généraliste qui lui est consacré, le CV de type chronologique se présente sous la forme de trois colonnes à renseigner.

  • La colonne de gauche doit comprendre l’année au format du calendrier japonais, du type 平成5.
  • La deuxième colonne en partant de la gauche doit comprendre le mois (en chiffres romains sans l’idéogramme « 月 »).
  • La troisième colonne, la plus large, permet de renseigner une information relative à son parcours.

La 3e colonne se compose de deux éléments :

  • Centré à gauche, le nom de l’établissement.
  • Centré à droite, l’événement qui est associé à cet établissement. Deux événements doivent être mentionnés : l’entrée (入学) et la sortie (卒業, ou 中途退学 si vous avez interrompu votre parcours avant l’obtention du diplôme).

Par principe, une personne doit remplir l’ensemble de son parcours scolaire en partant du collège. Ceci est particulièrement vrai pour les jeunes diplômés. Pour les profils plus expérimentés, il est recommandé de retirer progressivement les expériences les plus vieilles pour laisser de la place aux expériences professionnelles. Pour les personnes ayant une période sans activité professionnelle ou formation, attendez-vous à devoir en parler dans le cadre de l’entretien.

II. Différences institutionnelles entre la France et le Japon

En sus des différences de forme dans le CV, il existe des différences dans les systèmes d’enseignement en France et au Japon.

Il convient de commencer la liste chronologique par le collège (中学校) qui dure trois ans. Si cette différence n’est pas problématique en soit, il est possible que la question vous soit posée lors de l’entretien. N’hésitez pas alors à préparer une réponse en japonais formel pour expliquer la différence entre la France et le Japon sur ce point.

Le lycée général (高等学校) dure, quant à lui, bien trois ans, comme en France. L’équivalent du lycée professionnel (高等専門学校), accessible à l’issue du collège, dure cinq ans. Si la question vous est posée en entretien, le baccalauréat général, technologique ou professionnel est une attestation de fin d’études secondaires (中等教育修了証書) et constitue un droit d’accès à l’enseignement supérieur (大学入学資格試験).

Dans l’enseignement supérieur, le schéma est un peu plus complexe, comprenant des universités et des établissements d’enseignement spécialisés.

Concernant les universités, il en existe trois types :

  • Les universités nationales (国立大学), réputées les plus prestigieuses, portant le nom de la ville qui les accueille, du type 東京大学.
  • Les autres universités publiques, émanant des collectivités territoriales, s’écrivant 県立マシャン大学 ou 市立ビデュル大学 et non 公立トリュクムーシュ大学.
  • Les universités privées (私立大学), dont certaines possèdent une véritable notoriété.

L’enseignement s’y déroule en quatre ans pour l’obtention d’une licence (学士), qui est le parcours suivi par la plupart des étudiants japonais. Pour ceux souhaitant poursuivre vers un doctorat (博士) ou vers un poste nécessitant une connaissance technique avancée, les graduate schools (大学院) proposent des Masters en deux ans après la licence (修士), soit un total de six ans d’études supérieures. A noter que certaines universités proposent un département d’études courtes (短期大学部) où un équivalent de licence professionnelle (短期大学士) sanctionne deux années d’études supérieures.

Concernant les autres établissements d’enseignement supérieur, les écoles spécialisées (専門学校) forment vers des métiers techniques en deux ou trois ans, et délivrent des diplômes spécialisés (専門士 et 高度専門士). Ils s’apparentent dans une certaine mesure aux B.T.S.

Pour vérifier la correspondance de votre parcours avec le système japonais, nous vous invitons à consulter l’annexe 2 de la convention JANU-CPU-CDEFI qui détaille les conditions d’accès à chaque type d’établissement.

III. Traduire et optimiser son parcours en France

Une fois ces commentaires de contexte posés, il convient de s’intéresser à comment optimiser son parcours réalisé en France.

Dans la colonne dédiée, le recruteur s’attend à ce que vous indiquiez plusieurs informations qui sont dans l’ordre :

  • Le lieu d’implantation (si le recruteur ne peut pas le savoir par le nom ou la réputation de l’établissement fréquenté)
  • La forme juridique de l’établissement
  • Le nom de l’établissement
  • Le type d’établissement
  • La section ou la spécialité suivie (pour les universités et les formations spécialisées)

III. 1. Lieu d’implantation

En général, les Japonais se contentent d’écrire le nom de la préfecture d’implantation de l’établissement (par exemple, 和歌山県). Pour un(e) français(e), la situation est plus difficile. Il est conseillé de commencer par l’idéogramme 仏, abbréviation de « France », puis de suivre par le nom de la ville si elle est susceptible d’être connue au Japon, soit d’indiquer le nom du département (par exemple, サルト県). Attention de vérifier sur internet que la transcription en katakana du nom de la ville ou du département est bien usuelle.

III. 2. Forme juridique de l’établissement d’enseignement

Incontournable du CV japonais, la forme juridique des établissements que vous avez fréquentés va déterminer la manière dont le recruteur va évaluer votre éducation, à défaut de connaître le système français d’éducation.

Par principe, les établissements publics d’enseignement secondaire en France sont des établissements publics locaux d’enseignement (地方教育公施設法人). C’est-à-dire, pour résumer, que la politique générale de gestion de l’établissement est assurée par l’Etat et ses agents, tandis que la construction et l’entretien des bâtiments est confiée aux collectivités territoriales compétentes. Par prudence, il est recommandé de traduire la forme juridique de son établissement par 公立 si vous avez fréquenté le public, et par 私立 si vous avez fréquenté le privé, qu’il s’agisse d’un établissement sous ou hors contrat.

Si vous avez l’âme aventureuse et vous sentez d’expliquer en entretien les actes II et III de la décentralisation, vous pouvez considérer que votre école primaire était gérée par la commune (市立), votre collège par le département (県立) et votre lycée par la région (州立). En appliquant cette logique, les collèges de la métropole de Lyon devraient, pour leur part, se traduire par リヨン府立中学校. Cette présentation permettra de donner l’illusion d’une progression et d’une montée en gamme le long de votre cursus.

Concernant l’enseignement supérieur, les universités publiques françaises sont toutes d’Etat (国立). Ce n’est pas le cas partout : en Allemagne ou en Belgique par exemple, elles sont rattachées aux Etats fédérés (州立). N’hésitez donc pas à tirer profit de cet heureux hasard, les universités nationales étant plus prestigieuses que les universités locales.

Certaines écoles publiques, de type I.U.T., I.A.E. ou grande école, prennent la forme d’un établissement public à caractère administratif (E.P.A., 行政的公施設法人) ou d’un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel (E.P.S.C.P., 学術的・文化的・職業専門的公施設法). Si c’est le cas, il est probable que votre établissement soit administrativement rattaché à une université publique. Pour vous en assurer, souvenez-vous si votre carte d’étudiant était aux couleurs de votre école ou de votre université. Le cas échéant, n’hésitez pas à indiquer la forme juridique de l’université en question. Concernant les grands établissements, c’est-à-dire essentiellement des grandes écoles parisiennes, traduisez par 国立.

Pour les formations d’enseignement supérieur dispensées dans les lycées (B.T.S., C.P.E.G.), il convient de se tenir à la forme juridique du lycée d’accueil.

III. 3. Nom de l’établissement d’enseignement

Après la forme juridique de l’établissement vient son nom.

Si votre école est nommée après une personne célèbre, pensez à vérifier sur internet la transcription usuelle en japonais. Les erreurs portent souvent sur les voyelles longues (par exemple, ヴィクトル・ユーゴー et non ヴィクトル・ユゴ) ou sur la transcription phonétique d’un titre (par exemple, pour la reine Bérengère, privilégier ベレンガリア王妃 à レーヌ・べランジェル). Avec un peu de chance, vous pouvez faire face à quelqu’un passionné de littérature ou d’histoire médiévale qui vous en parlera.

Enfin, spécificité française, les numéros des universités françaises se traduisent usuellement par 第 : on écrit ainsi 国立パリ第1大学 pour Panthéon-Sorbonne par exemple.

Concernant les grandes écoles, si vous avez de la chance, il y a peut-être un professeur de japonais dans votre établissement qui peut vous proposer une traduction. Si non, vous pouvez essayer d’utiliser un moteur de recherche en tapant l’acronyme de votre établissement associé au mot « フランス », et voir s’il existe une traduction sur le web.

III. 4. Type d’établissement

Si vous voulez rester simple, vous pouvez utiliser le terme équivalent dans le système japonais pour transcrire votre type d’établissement. Pour rappel, voici un lexique proposé à titre indicatif :

Ecole primaire = 小学校

Collège = 中学校

Lycée général / Lycée technologique = 高等学校

Lycée professionnel = 高等専門学校

Université = 大学

I.U.T. = 技術短期大学

B.T.S. = 上級技術者免状

Dans le cadre des formations d’enseignement supérieur dispensées dans des lycées (C.P.G.E. et B.T.S.), vous pouvez indiquer le nom du lycée sous le format suivant : par exemple, pour un BTS au lycée Victor Hugo de Marseille, 仏マルセイユ公立ヴィクトル・ユーゴー高等学校付属上級技術者免状準備課程.

Dans tous les cas, il est conseillé de faire suivre cette traduction par l’acronyme en français de votre formation. Pour l’exemple ci-dessus, cela donnerait :  仏マルセイユ公立ヴィクトル・ユーゴー高等学校付属上級技術者免状準備課程 (BTS).

III. 5. Section / Spécialité suivie

La mention de la section ou de la spécialité suivie est un impératif si vous avez suivi une formation professionnalisante dans le secondaire ou durant les études supérieures.

Exception faite de l’université, vous avez deux possibilités de traduction pour votre spécialité :

  • Soit en décrivant l’intitulé du diplôme obtenu. Il doit alors s’écrire selon le format suivant : spécialité + type de diplôme + 課程 (katei, pour « programme de »).
  • Soit en décrivant le département auquel vous apparteniez. Il doit s’écrire selon le format suivant : spécialité + 科 (ka).

Pour l’université, la spécialité s’écrit différemment selon que vous êtes en licence, en Master ou en doctorat. Pour une licence, la spécialité s’écrit selon le format suivant : …部 (bu) + …科 (ka). Attention de bien écrire le nom de la discipline académique avec l’idéogramme 学 (par exemple, faculté de sciences économiques 経済学部 et non faculté d’économie 経済部).

Si vous avez poursuivi en Master, vous pouvez traduire comme suit :

  • En s’alignant sur le format des universités japonaises, en supposant qu’il existe des sortes de graduate schools. On traduit alors par « X大学大学院Y研究科W学専攻修士課程 ou X大学大学院Y研究科W学専攻博士前期課程.
  • Soit en traduisant plus littéralement par le programme de Master (X大学Y修士課程).

Pour le doctorat, vous pouvez remplacer « 修士課程 » par « 博士課程 » ou 博士前期課程 par 博士後期課程.

III. 6. Exemples

Voyons maintenant quelques cas concrets.

Après une seconde générale infructueuse, X s’est orienté en CAP et en bac pro cuisine avant de poursuivre en BTS MUC et en licence professionnelle à l’I.A.E. de l’université Lyon III.

学歴

平成9年 9月 仏ローヌ県ジョナス市私立カトリック中学校 入学
平成13年 7月 仏ローヌ県ジョナス市私立カトリック中学校 卒業
平成13年 9月 仏リヨン公立アンペール高等学校 入学
平成14年 3月 仏リヨン公立アンペール高等学校 中途退学
平成15年 9月 仏リヨン公立ボナパルト職業高等学校料理科 入学
平成19年 7月 仏リヨン公立ボナパルト職業高等学校料理科 卒業
平成19年 9月 仏リヨン公立ユーゴ高等学校付属上級技術者免状準備課程商業経営科 入学
平成21年 8月 仏リヨン公立ユーゴ高等学校付属上級技術者免状準備課程商業経営科 卒業
平成21年 9月 仏国立リヨン第3大学企業経営学院経営科職業学士課程 入学
平成21年 9月 仏国立リヨン第3大学企業経営学院経営科職業学士課程 卒業

職歴

 

Y est en reprise d’études, où elle suit actuellement un Master 2 en droit du travail. Auparavant, elle avait validé un DEUG et une licence de droit ainsi qu’un DESS de droit public général à l’université du Maine.

                                                学歴
平成6年 9月 仏ル・マン県立ヴィクトル・ユーゴー中学校 入学
平成11年 7月 仏ル・マン県立ヴィクトル・ユーゴー中学校 卒業
平成11年 9月 仏ル・マン州立モンテスキュー高等学校社会・経済科 入学
平成14年 3月 仏ル・マン州立モンテスキュー高等学校社会・経済科 卒業
平成14年 9月 仏国立ル・マン大学法学部普通科 入学
平成17年 7月 仏国立ル・マン大学法学部普通科 卒業
平成17年 9月 仏国立ル・マン大学大学院法学研究科公法学専攻修士課程 入学
平成19年 8月 仏国立ル・マン大学大学院法学研究科公法学専攻修士課程 卒業
平成26年 9月 仏国立レンヌ第2大学大学院法学研究科労働法専攻修士課程 入学
 平成28年  8月  仏国立レンヌ第2大学大学院法学研究科労働法専攻修士課程 修了見込み

職歴

IV. Lexique

Alternance : 交互教育(教育機関における倫理教育と、企業の実習を組み合わせた制度)

Baccalauréat : 中等教育修了証バカロレア

Baccalauréat général : 普通バカロレア

Baccalauréat technologique : 技術バカロレア

Baccalauréat professionnel : 職業バカロレア

BEP (diplôme) : 職業教育免状

BEPC (Brevet des collèges) : 中等教育前期課程修了免状

BTS (diplôme) : 上級技術者免状

CAP (diplôme) : 職業適格証

Certificat de capacité en droit : 法科適格証書

CDEFI : 工学系グランゼコール学長評議会

CPU : フランス大学長会議

CEP : 初等教育修了証

CPGE : グランゼコール準備学級

DEA : 高度研究課程証

DESS : 高等教育専門研究免状

DEUST : 大学科学技術教育証

DEUG : 大学一般教育証

Diplôme d’établissement (Grandes Ecoles) : グランゼコール修了証

Diplôme national : 国家証書

Diplôme universitaire : 大学証書

DUT : 技術短期大学免状

DNTS : 専門技術国家免状

Ecole de commerce : 商業・経営学校

Ecole d’ingénieurs : エンジニア養成校

Ecole spécialisée : 専門学校

Ecole vétérinaire : 獣医学校

Grade : 大学の学位

Grande école : 高等職業専門教育学校, グランゼコール

IAE : 企業経営学院

IUFM : 教員教育大学センター

IUP de l’université X : X大学付設職業教育センター

IUT de l’université X : X大学技術短期大学部

JANU : 国立大学協会

Licence : 学士

Licence professionnelle : 職業学士

Master : 修士

Programme de licence : 学士課程

Programme de licence cohabilitée : 共同学士課程

Programme de Master : 修士課程

Programme de Master cohabilité (double diplôme) : 共同修士課程

STS (cursus du BTS) : 中級技術者養成課程

Titre : 称号

 

 Alexis Bernard

Diplômé de l’IEP d’Aix-en-Provence, de l’université de Vienne et de l’université Lumière (Lyon 2) en économie. Ancien lauréat du concours d’expression en japonais et titulaire du JLPT N1.